Jean-René BRIANT
Avocat engagé à vos côtés
pour une réparation intégrale
de votre préjudice

Victimes grièvement blessées

Une approche spécifique pour une juste indemnisation de votre préjudice

Vous avez été victime d’un accident (de la circulation, de la vie, ou médical) entrainant une importante perte d'autonomie. La réparation de votre préjudice nécessite alors, en raison de l’importance des enjeux humains et financiers, une approche singulière que Maitre BRIANT conduira avec vous et votre famille.

Le grand handicap bouleverse la vie des victimes et celle des proches.

Il entraine des répercussions majeures sur :

  • les actes essentiels de la vie courante (s’habiller, se laver, préparer ses repas…),
  • les activités professionnelles (inaptitude totale ou partielle à travailler, réadaptation professionnelle, aménagement ou changement de poste de travail),
  • les activités affectives et familiales (vie conjugale, relations avec les proches, éducation des enfants…).

Le grand handicap concerne notamment les victimes paraplégiques, les victimes tétraplégiques, les grands traumatisés crâniens, (cérébro-lésés), les victimes hémiplégiques, les victimes en état végétatif, les victimes amputées… qui conservent un taux d’incapacité permanente allant de 50% à 100%.

Les séquelles qui seront conservées par la victime nécessiteront alors de nouvelles conditions de vie impliquant notamment de l'aide humaine (tierce personne à domicile),  l'aménagement du domicile, du véhicule etc... Les séquelles de la victime entraineront bien souvent une incidence professionnelle plaçant la victime dans l'incapacité de pouvoir retravailler. Dans ces conditions, il est primordial de compenser financièrement toutes les conséquences de l'accident afin de sécuriser l'avenir de la victime et de ses proches.

L’enjeu majeur pour la victime est de « se reconstruire »

Le chemin de la reconstruction passe par la capacité de la victime à faire son « deuil » de l’être valide qu’il était. La victime, après le choc de l’accident, va traverser à son rythme un processus de deuil qui se décompose en cinq phases : le déni, la colère, la négociation (et si j’avais fait ceci ou cela… l’accident n’aurait pas eu lieu…), la dépression et enfin, l’acceptation.

Cette phase « d’acceptation » est celle qui permet à la victime, malgré la tristesse qu’elle peut encore ressentir, d’accepter de vivre avec son handicap, de réorganiser sa vie et de se projeter dans l’avenir.

Mais parallèlement à sa reconstruction, l’enjeu de l’indemnisation est crucial !

Une indemnisation à la hauteur du projet de vie

L’indemnisation du préjudice corporel revêt ici une importance particulière, car elle doit permettre de financer dans le temps, tous les besoins et projets de la victime. Le montant de l’indemnisation doit être suffisant pour sécuriser l’avenir de la victime mais aussi celui de ses proches.

« C’est l’indemnisation d’une vie… d’une nouvelle vie ! »

Une complexité propre au grand handicap

L’ampleur des enjeux financiers entraine inéluctablement des contestations et désaccords entre l’assureur et la victime et exacerbe les complexités du dossier particulièrement lorsque :

  • La responsabilité est contestée
  • L’incidence professionnelle est discutée (sur le principe, sur le montant du préjudice…)
  • Les aides humaines et techniques sont indispensables (détermination du nombre d’heures, du coût horaire…)
  • L’aménagement du domicile est nécessaire
  • La reconnaissance de certains préjudices est contestée ou minorée
  • Les modalités d’indemnisation sont discutées : versement en capital ou en rente, choix des tables de capitalisation…

Une équipe pluridisciplinaire au service de la victime

Afin de répondre efficacement à tous ces enjeux, l’avocat coordonnera une équipe pluridisciplinaire très qualifiée au service de la victime… et de l’indemnisation intégrale de son préjudice corporel.

L’avocat sollicitera, selon les situations, le concours de :

  • Médecin de victimes : dont le rôle est essentiel tout d’abord dans la constitution du dossier médical et la préparation des expertises ; ensuite, lors des expertises où son intervention aux côtés de la victime permet un débat médico-légal équilibré, « à armes égales » avec le médecin de l’assureur.
  • Médecins spécialistes : pour des avis dans des domaines nécessitant une compétence particulière, complémentaire de celle du médecin expert : neurochirurgie, neuropsychologie, ophtalmologie,…
  • Ergothérapeute : dont l’intervention permet de mesurer les conséquences du handicap dans l’environnement de la victime et d’apprécier les besoins en aides humaines et techniques.
  • Architecte : pour définir, à partir des besoins de la victime, les travaux d’aménagement du domicile
  • Expert-comptable : qui chiffre les préjudices économiques « complexes » subis par la victime.

L’indemnisation du grand handicap repose sur un dispositif et des compétences spécifiques pour donner toutes les chances à la victime de continuer à vivre dignement.

Après 15 ans d’expérience, France entière, dans la réparation du grand handicap, Maître BRIANT accompagne les victimes gravement handicapées afin d’obtenir, avec leurs concours et celui de toute une équipe, l’indemnisation juste et intégrale de leur préjudice.